top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurJunior Conseil IMPGT

Comment l'offre culturelle favorise l'attractivité territoriale des Bouches-du-Rhône ?



Dans une France, au sein d’un monde connecté, où les Collectivités Territoriales sont

dans une logique de compétition pour attirer et ancrer de nouvelles forces sur leurs territoires. Où les Métropoles développent des agences chargées de planifier et de mettre en œuvre les stratégies d’attractivité territoriale. Là où les investisseurs, les touristes, les habitants et les jeunes talents peuvent se déplacer facilement à la recherche d’un cadre de vie de qualité.


Nombreux sont les territoires qui adoptent une approche de marketing territorial en tentant d’agir sur l’image et sur les projets d’envergure à l’échelle intercommunale. Beaucoup développent des images de marque, souvent appelées "bannières", à l'instar d’ONLY LYON, CHOOSE PARIS Région, ou encore ONE PROVENCE. Tous manœuvrent et opèrent dans un environnement complexe et global en développant une vision stratégique permettant de valoriser leur territoire.


Comment comprendre les concepts d’attractivité et de nouveau marketing territorial ?


Les évolutions sémantiques, au sein des disciplines Économie-Gestion, Géographie &

Aménagement, ont su alimenter les confusions et de nombreuses divergences.

Néanmoins, les différents termes ont su désigner des concepts aux interrogations

similaires, à savoir la performance, les politiques publiques liées à l’innovation,

l’aménagement, l’investissement, ou encore la gouvernance des économies régionales et

internationales.


Le terme d’Attractivité figure comme un objectif et un levier de l’action publique. À

travers son émergence, il apparaît comme un garde-fou de la Décentralisation, à plus

forte raison que les territoires, les élus, les spécialistes, ainsi que les journalistes s’en

emparent dans leurs dialogues. Il relève du champ lexical d'un développement

multidimensionnel : économique, écologique, culturel, politique, social et territorial. Derrière ses mots se cachent les mots : compétition, concurrence, rayonnement, compétitivité, cohésion, coopération, partenariat, développement, captation, ancrage, géolocalisation, attraction, attrait, évolution, croissance, durabilité


Néanmoins, le terme d’Attractivité fait l’objet d’étude scientifique de la part des chercheurs universitaires depuis quelques décennies. La Chaire ANMT propose deux définitions qui précisent la signification des termes précisent la signification de ces termes, notamment à travers le Manifeste de l'attractivité et du marketing territorial :


- L’attractivité Territoriale (Définition Chaire ANMT, 2021) : est un levier au service du développement et de la qualité de vie actuelle et future des territoires. Elle vise à attirer et/ou ancrer les différentes parties prenantes internes et externes aux territoires : résidents, organisations marchandes et non marchandes, touristes, événements, etc. Différentes méthodes permettent d’atteindre ces objectifs, notamment la démarche de marketing territorial.


- Le Marketing Territorial (Définition Chaire ANMT, 2021) : est une démarche méthodologique, à la fois stratégique et opérationnelle, permettant de capter, créer, communiquer et délivrer de la valeur correspondant aux besoins de chacune des parties prenantes actuelles et futures du territoire, afin d’assurer une attractivité équilibrée.


Tous agissent sur les différents facteurs de l’attractivité, tels que :


- L’Attractivité Résidentielle, afin de retenir et d’ancrer les habitants aux compétences professionnelles spécifiques et les populations, en leur offrant une qualité de l'éducation, de la sécurité, de la santé, du commerce, des transports, de la solidarité et de l’attractivité immobilière.

- L’Attractivité Économique, de manière à capter la richesse en accompagnant le développement, l’accélération ou l’implantation des entreprises.

- L’Attractivité Touristique, avec pour but que les touristes perçoivent la ville comme une destination prisée. Plusieurs formes : tourisme récréatif ou d’affaires, notamment le MICE, qui sollicite l’accueil des rencontres professionnelles, comme l’organisation de grands congrès.

- L’Attractivité Culturelle, avec la manifestation ou l’accueil des grands événements artistiques tels que le Delta Festival, ou sportifs avec l’accueil des Jeux Olympiques en 2024, ou encore politico-économique, avec par exemple l’accueil des Rencontres économiques.


La Junior Conseil IMPGT fait du développement local et de l’attractivité territoriale l’un des piliers de son action. Proche du territoire, ses membres s'attachent et contribuent au développement local. Ses activités en témoignent, en particulier avec de nombreuses interviews menées avec les acteurs locaux tels que Rémi Capeau, Conseiller Municipal de la Mairie d’Aix, Aude Fournier, Directrice Générale Adjointe de la Transformation de la Ville de Marseille, Sophie Joissains, Maire d’Aix, ou encore David Galtier, Vice-Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence. De plus, elle mène des activités sur le terrain. En 2018, la JCI-IMPGT a mené une étude sur la valorisation du patrimoine immobilier sur les sites d’Aix Marseille Université. Elle a réalisé un traitement de données qualitatives pour le projet européen H2020. Par ailleurs, elle multiplie également ses partenaires pour mettre en réseau et créer une synergie entre les différents acteurs.


L’Attractivité Culturelle :


La JCI-IMPGT est proche des étudiants d’Aix-Marseille-Université, œuvrant en particulier pour la pré-professionnalisation ainsi que l'amélioration du lien social entre les étudiants à l’IMPGT. À travers ses réflexions, ses actions et ses invitations aux ateliers, elle anime la vie étudiante, professionnelle et civique de chaque étudiant qui désire rejoindre le Mouvement de la J-E.



Les Chiffres:


Le 29 septembre 2023, la Cour des Comptes a publié un rapport reprenant les évolutions de consommation des Français entre 2011-2021.



On constate que la consommation culturelle a baissé de 15% en 10 ans, alors que paradoxalement nous avions eu plus de 142 ouvertures de librairies, pour 27 fermetures. Un véritable record pour le secteur qui doit faire face à la montée du e-commerce.


En 2017, le Ministère de la Culture a publié un document qui se nomme “ Atlas Régional de la Culture”, il étudie statistiquement les contours de la Culture dans notre Région telle que : la répartition de la dépense culturelle des Départements de la Région PACA, la dépense par secteur d’intervention, les équipements culturels, les emplois et les professions culturelles ou encore la fréquentation cinématographique par Départements.


En 2014, on remarque que le Département des Bouches-du-Rhône est le deuxième département qui investit le plus dans ses dépenses culturelles par habitant (189 € par habitant), juste après le Département des Alpes-Maritimes. Nous observons également que les Collectivités Territoriales qui investissent le plus dans les dépenses culturelles sont les communes.

Par la suite, la répartition de la dépense selon les secteurs d'intervention est classifiée. Ainsi, les dépenses s'effectuent en subventions de fonctionnement et en dépenses d'investissement. Nous notons que 10 dépenses se distinguent, et que les principales sont : Expression Lyrique et Chorégraphique, l'Action Culturelle, les Bibliothèques et Médiathèques, ainsi que les Musées.



Également, on constate qu'en 2014, les équipements culturels par départements divergent, et que ces derniers se composent de structures et de lieux bien précis, notamment avec 7 équipements différents, tels que des lieux d'expositions, des monuments historiques, des théâtres, ou encore des salles de cinéma. On remarque que le Département des Bouches-du-Rhône est l’un des départements de la Région qui possède le plus d’équipements culturels, notamment le plus grand nombre de Monuments Historiques, de théâtres, de lieux de spectacles, de lieux de création, de salles de cinéma, ainsi que de Conservatoires de musique.



De plus, on observe une forte augmentation de l'emploi culturel au cours des 20 dernières années, avec une croissance de moitié sur le territoire métropolitain, selon Gouyon et Patureau en 2014. En janvier 2013, le secteur culturel mobilise 691 000 emplois, dont 500 000 salariés et 191 000 non-salariés. Ainsi, nous pouvons noter que la concentration des professions culturelles se fait dans les Départements des Bouches-du-Rhône, dans les villes d’Aix-en-Provence et de Marseille, ainsi que dans le département des Alpes-Maritimes, en particulier dans la Ville de Nice. Il est à retenir que les activités et les emplois culturels sont davantage présents dans les grandes villes que dans les petites, et qu'ils sont globalement urbains.



En Conclusion, notre Région et plus précisément notre Département est un territoire, qui mobilise de nombreuses forces pour développer ses activités et ses emplois culturels, nos villes rivalisent avec des grandes villes à l'international. Son paysage culturel permet chaque année aux habitants de pratiquer ou d’assister à une activité culturelle, mais aussi d’attirer des millions de touristes, permettant ainsi des retombées économiques et sociales positives pour le Territoire.







104 vues0 commentaire

Comments


bottom of page